Accéder au contenu principal

Performance expliquée de Joseph Beuys : I like America and America likes Me

I like America and America likes Me est une performance que Joseph Beuys a réalisée à la galerie René Block à New York en 1974. Voici quelques extraits en vidéo et photos ainsi qu’une explication du déroulement de l’action dans son contexte.

Mai 1974 : Annonce de l’exposition de Joseph Beuys à New York, dans la galerie René Block :


Une ambulance se présente au domicile de l’artiste à Düsseldorf, en Allemagne. Il est alors pris en charge sur une civière, emmitouflé dans une couverture de feutre. Il va alors accomplir un voyage en avion à destination des États-Unis, toujours isolé dans son étoffe. À son arrivée à l’aéroport Kennedy de New York, une autre ambulance l’attend. Surmontée d’un gyrophare et escortée par les autorités américaines, elle le transporte jusqu’au lieu d’exposition. De cette façon, Beuys ne foulera jamais le sol américain à part celui de la galerie; il avait en effet refusé de poser le pied aux Etats-Unis tant que durerait la guerre du Viêt Nam.

Il passe ensuite trois jours en compagnie d’un coyote sauvage, capturé dans le désert du Texas, qui attend derrière un grillage.

Avec lui, Beuys joue de sa canne, de son triangle et de sa lampe torche. Il porte son habituel chapeau de feutre et se recouvre d’étoffes, elles aussi en feutre, que le coyote s’amuse à déchirer.

Chaque jour, des exemplaires du Wall Street Journal, sur lesquels le coyote urine, sont livrés dans la cage.
Filmés et observés par les visiteurs derrière un grillage, l’homme et l’animal partageront ensemble le feutre, la paille et le territoire de la galerie avant que l’artiste ne reparte comme il était venu.

Pour certains, Beuys, à travers cette action, souligne le fossé existant entre la nature et les villes modernes, entre nature et culture. Par le biais de l’animal, il évoquerait aussi les Amérindiens décimés dont il commémore le massacre lors de la conquête du pays. Le coyote cristallise ainsi les haines, et est considéré comme un messager.

Pour d’autres, Beuys engage ici une action chamanique. Il représente l’esprit de l’homme blanc et le coyote celui de l’Indien. Le coyote est un animal intelligent, vénéré jadis par les Indiens d’Amérique et qui fut persécuté, exterminé par les Blancs. Ainsi, Beuys essaie de réconcilier l’esprit des Blancs et l’esprit des Indiens d’Amérique. Il parle même de réconciliation karmique du continent nord-américain.

La canne est pour lui le symbole de l’Eurasie unie en un continent solidaire.

Beuys ouvre la voie par cette démonstration à une nouvelle forme de réflexion artistique : il est « conducteur » au même titre que ses matériaux de prédilection.

À partir de 1964, Beuys inclut dans ses installations des matériaux organiques qui lui tiennent à cœur depuis son accident d’avion : le feutre qui isole du froid, la graisse symbole de chaleur et d’énergie, le miel, mais aussi la cire d’abeille, la terre, le beurre, les animaux morts, le sang, les os, le soufre, le bois, la poussière, les rognures d’ongle, les poils. Ces derniers matériaux montrent la réutilisation par Beuys des déchets, non pas pour les magnifier, mais pour les mettre au service de l’art et explorer leur matérialité.


« Parlons d’un système qui transforme tous les organismes sociaux en une œuvre d’art, dans lequel l’ensemble du processus de travail est inclus … quelque chose dans lequel le principe de la production et de la consommation prend une forme de qualité. C’est un projet gigantesque ». – Joseph Beuys


Dans la galerie René Block, seul un bâton dépasse du rouleau de feutre dans lequel Beuys s’est enroulé.


Le feutre est la matière utilisée par Beuys dans de nombreuses œuvres. Avec la graisse et le miel, ils font référence à son accident d’avion pendant la guerre en 1943 : pilote de la Luftwaffe sur le front russe pendant la Seconde Guerre mondiale, il se serait craché avec son avion en Crimée. Il aurait été recueilli par des Tartares (peuple turc d’Eurasie). Ses plaies et brûlures furent enduites de graisse et son corps enveloppé dans du feutre pour parer au froid. Le miel quant à lui fut l’aliment énergétique qui lui permit de retrouver des forces. Cette histoire installe ce qu’il appartient de nommer sa mythologie personnelle. D’autres approches autobiographiques similaires et relatives à une mythologie personnelle ou une histoire individuelle se retrouvent dans le travail de Christian Boltanski et Andy Warhol.


La période de l’œuvre, 1974, est marquée des tensions entre les USA et les pays de l’Est, animés d’idéologies différentes. L’intention de Beuys est à la fois écologique dans son rapport à la nature et unificatrice. A la façon d’un chamane il souhaiterait guérir les plaies de la société ; il s’engage d’ailleurs autant dans des actions politiques, sociale que dans l’art, le tout faisant partie du flux de la vie. La performance devient le lieu d’antagonisme entre Nature et Technologie, Nature et Culture, Art et Science.




Au centre des préoccupations de Beuys se trouve l’être l’humain, et sa conviction est que notre destin est dans notre capacité à inventer nos solutions. 


 Beuys I like america america like me

Il rejette les idéologies collectives comme le communisme ou le capitalisme, pour inviter les individus à trouver des solutions dans un processus social créatif.  

Coyote. Joseph Beuys in America from Huub Koch on Vimeo.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Les émotions et les sentiments, ou à la recherche des expressions.

Une émotion et un sentiment ne sont pas les mêmes choses. Une émotion est fugace et dure en moyenne trois minutes alors qu’un sentiment se développe dans le temps ! La sévérité  L'art byzantin est champion en matière d'austérité et de sévérité. Les icônes byzantines sont austères comme était conçu le rapport à la religion à cette époque. ll s'est développé dans l'Empire byzantin entre la disparition de l'Empire romain d'Occident en 476, et la chute de Constantinople en 1453. La Vierge de Vladimir en est un exemple. Le regard est lointain et la bouche de la Vierge pointe vers le bas. Un peu plus  tardivement en 1434, avec L es Epoux Arnolfini, Jan van Eyck   reprend une expression austère pour les deux époux. Dans la peinture contemporaine, Aurélie Nemours propose une toile bien austère sur le silence.  Structure du silence.  Le contraste est maximum et la composition massive est minimaliste. Rien ne vient perturber la surface de

Analyse d’oeuvre : Les expulsés d’Ernest Pignon Ernest

L’intérêt d’aborder l’œuvre « Les expulsés » d’Ernest Pignon Ernest en histoire des arts ne fait aucun doute. Son impact sur le public en lien avec le contexte du moment à Paris l’inscrivent dans une perspective historique ; un fait marquant de l’actualité. Mais comment un simple dessin marouflé sur la façade d’un immeuble peut-il susciter autant de questions ? Nom de l’œuvre : « Les expulsés » Période historique : XXe siècle Domaines artistiques : Arts du visuel et Arts de l’espace Thématiques possibles : Arts, espace, temps et Art, États et pouvoir. Problématiques possibles : · N° 1 : En quoi l’art se met-il au service de la mémoire ? · N° 2 : Comment l’art s’inscrit-il dans la vie de la cité ? · N° 3 : Comment l’art peut-il être un acte engagé ? Nature de L’œuvre : Sérigraphie in situ éphémère.   Artistes : Ernest Pignon Ernest Date de création – lieu : Cette œuvre éphémère date de 1977/79, il n’e

Zevs, tueur d'images

18 OCTOBRE 2014 PAR SÉLECTION ET LÉGENDES PAR HUGO VITRANI Blaze qui forme des nuages aux éclairs menaçants, peinture des ombres de la ville façon scène de crime, attaques publicitaires XXL, liquidations des marques et des symboles du capitalisme, graffitis invisibles : l'artiste Zevs s'est imposé avec ses performances urbaines illégales. À l'occasion de la parution de sa première monographie L'Exécution d'une image aux éditions Alternatives, Mediapart revient sur le parcours de l'artiste en 15 photos, et présente en exclusivité son œuvre vidéo « Louvre 99 », redoutable carnage artistique. © ZEVS - Ombre électrique, station-essence rue de Rivoli, Paris, 1999 L'invention de la peinture en tube a révolutionné l'histoire de l'art, libérant les artistes de leurs ateliers. Avec celle de la peinture en bombe, une génération d'artistes s'est imposée dans l'espace public, peignant illégalement des graffitis sur les trains et