Accéder au contenu principal

Épreuve orale


Durée : 30 minutes (sans préparation)



Structure

Pour chacun des enseignements artistiques, l'épreuve se déroule en deux parties consécutives :

-    première partie : compétences pratiques (15 min) ;

- deuxième partie : connaissances et compétences culturelles (15 min).

Chaque partie de l'épreuve fait se succéder une présentation par le candidat et un entretien avec le jury dont les durées sont définies pour chacune des parties selon leur spécificité.

Arts plastiques


Première partie : compétences relatives à la pratique plastique

Disposant de cinq à sept minutes maximum, s'appuyant également sur son carnet de travail, le candidat présente deux réalisations plastiques abouties qu'il a choisies et qu'il apporte le jour de l'épreuve. Elles sont issues du travail conduit dans le cadre de l'enseignement suivi en première. L'une d'entre elles peut être collective. Il justifie son choix au regard des questionnements plasticiens abordés.

Le temps restant, dans un dialogue avec le jury, le candidat est amené à compléter et argumenter sa présentation, préciser ses démarches et projets, témoigner de la maîtrise des compétences plasticiennes qu'il a mobilisées.

Indications :

Les réalisations présentées doivent pouvoir être transportées par le candidat dans la salle d'examen sans aide extérieure et installées sans nécessiter ni temps additionnel ni dispositif particulier d'accrochage ou de présentation. Elles ne sont pas manipulées par le jury. La photographie et la vidéo sont employées pour restituer les réalisations bidimensionnelles et tridimensionnelles de très grand format ou de très gros volume, ainsi que celles impliquant la durée ou le mouvement, celles en relation à un espace architectural ou naturel, à un dispositif de présentation ou à la réalisation d'une exposition. La restitution des pratiques strictement numériques comme les visualisations nécessitant la vidéo ou l'infographie est conduite avec du matériel informatique. Le visionnement de ces documents doit s'inclure dans le temps de présentation. Le candidat est responsable du matériel informatique requis et de son bon fonctionnement. Il prévoit des versions imprimées à présenter en cas d'une éventuelle panne.

Le carnet de travail est un objet personnel, il témoigne des projets, des démarches, des aboutissements, des expériences, des références ayant jalonné l'année scolaire. Sa forme et ses données matérielles sont libres, dans les limites d'un format qui ne peut excéder 45 x 60 cm et 5 cm d'épaisseur. Il peut être numérique. Dans ce cas, il doit pouvoir être consulté par le jury avec un matériel informatique et utilisé rapidement durant l'épreuve. Ce carnet de travail doit permettre au jury d'établir un dialogue plus fécond avec le candidat, une meilleure compréhension de ses démarches, d'apprécier ses capacités de travail et les recherches qu'il a menées, qu'elles soient abouties ou non. Sans s'y limiter, il vient en complément ou en appui des réalisations présentées.

Deuxième partie : connaissances et compétences relatives à la culture plastique et artistique

Disposant de cinq minutes maximum, le candidat présente une œuvre choisie par le jury parmi un corpus de 5 œuvres accompagnant le document de synthèse transmis avant l'épreuve. Il en énonce sommairement les données (plastiques, sémantiques, iconiques, etc.) et les met en relation avec des questionnements, compétences et connaissances travaillés en classe.

Le temps restant, dans une forme dialoguée, le jury permet au candidat de compléter certains des aspects qu'il a exposés. Il l'amène à préciser sa compréhension des langages et des pratiques plastiques, à mobiliser des références culturelles pertinentes. Le candidat peut, autant que nécessaire, prendre appui sur le corpus d'œuvres ainsi que sur son carnet de travail pour établir des liens avec son parcours de formation, avec des questionnements et connaissances travaillés dans le cadre du cours ou bien avec des expériences vécues, des lieux culturels visités, des rencontres artistiques ou des partenariats éventuels.


Barème et notation

L'évaluation porte sur les compétences travaillées et les attendus figurant au programme de l'enseignement de spécialité d'arts plastiques en classe de première. Les réalisations plastiques et le carnet de travail servent de point d'appui à la prestation orale, ils ne sont pas évalués. Chaque partie de l'épreuve est notée sur 10 points.

Document de synthèse et carnet de travail

Le document de synthèse, incluant un corpus de 5 œuvres, et le carnet de travail sont transmis au jury au plus tard quinze jours avant l'épreuve. Ils sont visés par le professeur de la classe et le chef d'établissement.

Le document de synthèse, rédigé par le professeur, décrit sommairement en une page le travail de la classe. Défini par le professeur, le corpus est constitué de reproductions imprimées en couleur de 5 œuvres travaillées en classe et en correspondance avec les questionnements du programme. Chaque reproduction est revêtue d'informations présentées comme suit : Prénom NOM de l'artiste, Titre de l'œuvre, date, matériaux, dimensions en cm. Lieu de conservation/de présentation (selon le cas).

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Les émotions et les sentiments, ou à la recherche des expressions.

Une émotion et un sentiment ne sont pas les mêmes choses. Une émotion est fugace et dure en moyenne trois minutes alors qu’un sentiment se développe dans le temps ! La sévérité  L'art byzantin est champion en matière d'austérité et de sévérité. Les icônes byzantines sont austères comme était conçu le rapport à la religion à cette époque. ll s'est développé dans l'Empire byzantin entre la disparition de l'Empire romain d'Occident en 476, et la chute de Constantinople en 1453. La Vierge de Vladimir en est un exemple. Le regard est lointain et la bouche de la Vierge pointe vers le bas. Un peu plus  tardivement en 1434, avec L es Epoux Arnolfini, Jan van Eyck   reprend une expression austère pour les deux époux. Dans la peinture contemporaine, Aurélie Nemours propose une toile bien austère sur le silence.  Structure du silence.  Le contraste est maximum et la composition massive est minimaliste. Rien ne vient perturber la surface de

Analyse d’oeuvre : Les expulsés d’Ernest Pignon Ernest

L’intérêt d’aborder l’œuvre « Les expulsés » d’Ernest Pignon Ernest en histoire des arts ne fait aucun doute. Son impact sur le public en lien avec le contexte du moment à Paris l’inscrivent dans une perspective historique ; un fait marquant de l’actualité. Mais comment un simple dessin marouflé sur la façade d’un immeuble peut-il susciter autant de questions ? Nom de l’œuvre : « Les expulsés » Période historique : XXe siècle Domaines artistiques : Arts du visuel et Arts de l’espace Thématiques possibles : Arts, espace, temps et Art, États et pouvoir. Problématiques possibles : · N° 1 : En quoi l’art se met-il au service de la mémoire ? · N° 2 : Comment l’art s’inscrit-il dans la vie de la cité ? · N° 3 : Comment l’art peut-il être un acte engagé ? Nature de L’œuvre : Sérigraphie in situ éphémère.   Artistes : Ernest Pignon Ernest Date de création – lieu : Cette œuvre éphémère date de 1977/79, il n’e

Zevs, tueur d'images

18 OCTOBRE 2014 PAR SÉLECTION ET LÉGENDES PAR HUGO VITRANI Blaze qui forme des nuages aux éclairs menaçants, peinture des ombres de la ville façon scène de crime, attaques publicitaires XXL, liquidations des marques et des symboles du capitalisme, graffitis invisibles : l'artiste Zevs s'est imposé avec ses performances urbaines illégales. À l'occasion de la parution de sa première monographie L'Exécution d'une image aux éditions Alternatives, Mediapart revient sur le parcours de l'artiste en 15 photos, et présente en exclusivité son œuvre vidéo « Louvre 99 », redoutable carnage artistique. © ZEVS - Ombre électrique, station-essence rue de Rivoli, Paris, 1999 L'invention de la peinture en tube a révolutionné l'histoire de l'art, libérant les artistes de leurs ateliers. Avec celle de la peinture en bombe, une génération d'artistes s'est imposée dans l'espace public, peignant illégalement des graffitis sur les trains et